Réflexions après la course de l’équipe du défi de 3 kg 2015

3KG_2015

Dans le cadre de la course Vivre ses défis 2015 tenue le 26 avril, une équipe de dix a endossé une veste de 3 kg pour le défi d’équipe du 5 km. Cette équipe enthousiaste et engagée nous a partagé leur expérience de la course avec 3 kg de plus. Nous sommes heureux qu’ils aient accepté de relever ce défi.

Qu’est-ce que le défi du 3 kg?

Le défi d’équipe est une façon importante de sensibiliser les gens au sujet des défis entourant l’insuffisance rénale. Ce poids, 3 kg ou 6,6 livres, est le poids moyen de rétention d’eau que le patient sur la dialyse accumule entre chaque session de dialyse. C’est beaucoup d’eau!

Est-ce que l’équipe s’en est bien tiré?

Porter 3 kg supplémentaires fut toute une révélation pour les membres de l’équipe.  Plusieurs ont trouvé que tout ce poids de surplus causait une respiration ardue et de la douleur aux articulations. Voici ce qu’en pensent certains membres :

Melanie Adams, journaliste, 1310 News :

Après la course, Melanie ne pouvait pas s’empêcher de penser à l’effet de 3 kg sur son état général. Ses épaules et son cou étaient en douleur et elle a réalisé que, pour quelqu’un sur la dialyse, cette douleur ne se limitait pas aux épaules et au cou : tout le corps la ressentait. Contrairement à elle, quelqu’un sur la dialyse ne peut pas espérer ne plus avoir cette sensation; elle va revenir entre chaque session de dialyse, encore et toujours. La course a mis les choses en perspective et l’a aidée à comprendre ce que certains doivent endurer quotidiennement. Elle avoue qu’elle ne sera jamais en mesure de vraiment pleinement comprendre mais que maintenant elle a un aperçu de ce que certains doivent affronter.

 Natalie Kahalé, animatrice de télévison, Nat en Parle! :

« Quelle journée! Qu’il était beau de voir des gens extraordinaires se mobiliser pour une cause importante. Je me sentais honorée de participer et heureuse d’avoir relevé le défi du 3 kg. Cette expérience m’a permis de mieux comprendre le quotidien pour les gens aux prises avec une insuffisance rénale. J’en suis touchée et j’admire les gens sur la dialyse. »

 Delaney Holley (Miss Intercontinental Canada) :

Courir avec le poids de la veste rendait chaque pas de la course un défi croissant. Ses articulations ressentaient l’effet de cette pression supplémentaire. Quelques heures après la course, elle a commencé à se sentir épuisée … réaction de ses muscles suite à cette course lestée. Cet effet lui a permis de réfléchir et de constater ce que les gens souffrant d’insuffisance rénale chronique vivent jour après jour.

John Armit, constable, police provinciale de l’Ontario :

‎John fut touché par les récits que lui ont livré les gens atteints d’insuffisance rénale et étonné d’entendre les défis qu’ils doivent relever quotidiennement. Quant à lui, ceux qui reçoivent un rein et ceux qui le donnent sont de vrais héros et c’était tout un honneur pour lui d’être en leur présence.

 La course venait à peine de commencer qu’il sentait déjà les effets de la veste lestée. Au fur et à mesure que son rythme cardiaque augmentait, il sentait les serrements de sa respiration. Vers la fin de la course, il a dû puiser toute son énergie pour continuer à un rythme normal.

 Son partenaire de course et lui échangeaient sur le fait que les gens aux prises avec une insuffisance rénale aspirent à foncer malgré les immenses défis à relever quotidiennement.

 Dr. Christopher R.J. Kennedy, PhD:

Il est reconnaissant d’avoir eu le privilège de participer au défi. Ce fut très révélateur de vivre l’expérience qu’un surpoids soudain peut occasionner sur les activités quotidiennes, dont la course. Gravir la colline de Hog’s Back lui était certainement plus ardu qu’habituellement; les jambes lui pesaient encore 2 jours plus tard.

David Witiluk, kinésiologue agréé, spécialiste de force et de conditionnement

(Instructeur de Faut que ça bouge de Alive to Strive) :

David s’est amusé durant la course cette année et le défi de 3 kg était formidable. La chaleur de sa poitrine et le resserrement de ses côtes ont fait qu’Il a davantage ressenti la veste cette année. Lors des derniers 1 500 mètres, il courait moins bien et le bas de son dos devenait sensible. Il aurait pu se pousser davantage mais ne voulait pas exagérer.

Susan Leslie, infirmière de dialyse à domicile, l’Hôpital d’Ottawa :

Susan s’est sentie honorée et emballée d’être choisie pour courir le défi d’équipe du 3 kg. Infirmière de dialyse depuis 15 ans, elle s’était toujours demandé ce qu’un patient ressentait après une fin de semaine sans dialyse et un gain de 3 kg. Elle a réussi à courir les 4 premiers kilomètres sans trop de difficultés mais elle l’a vraiment ressenti dans le dernier kilomètre : elle se sentait lourde et incapable d’accélérer comme elle fait habituellement à la fin d’une course. Elle ne peut s’imaginer ce que les patients doivent ressentir avec ce gain de 3 kg.

 Lionel Bedard, enseignant, South Carleton High School :

La veste lui semblait plus lourde dans la main, juste avant de l’endosser; ensuite le poids semblait bien dispersé et gérable. Il l’a serrée de son mieux et pensait que ceci simulait tout l’inconfort et la respiration restreinte qu’une personne sur la dialyse ressent. Son expérience avec la veste lestée a duré environ 50 minutes, les dialysés vivent avec cette situation beaucoup plus longtemps et souvent. Il ne peut pas prétendre savoir exactement ce qu’une personne avec une insuffisance rénale vit au jour le jour. Cette expérience est un rappel que la vie est précieuse et d’être reconnaissant pour ce que l’on a.

Share on TwitterShare on FacebookPin it on PinterestSubmit to redditShare on TumblrSubmit to StumbleUponShare via email

Archives

  • [+]2018 (18)
  • [+]2017 (9)
  • [+]2016 (22)
  • [+]2015 (28)
  • [+]2014 (35)
  • [+]2013 (24)
  • [+]2012 (6)