Rencontrez  Marie-Ève Bisson, l’ambassadrice de la course Vivre ses défis 2015

Cette année, le  « Alive to Strive Kidney Fitness Project » a présenté deux personnes comme ambassadeurs de la course 2015 en guise de reconnaissance pour leurs efforts exceptionnels pour améliorer leur santé et leur conditionnement physique tout en vivant avec une insuffisance rénale chronique.

Nous voulons ici vous présenter la merveilleuse histoire de notre première ambassadrice, Marie-Ève Bisson.Blog 4 Marie-Eve Bisson Photo 1

Bien que née avec un seul rein, Marie-Ève était active. « J’ai toujours su qu’il fallait que je prenne soin de mon seul et unique rein mais quand tu es jeune, tu te crois invincible! J’étais en bonne santé jusqu’à tard dans mon adolescence et que ma pression artérielle grimpe parce qu’elle n’était pas contrôlée. »

Il y a quelques années, elle a commencé à courir et c’est alors qu’elle a pris connaissance de l’existence du « Alive to Strive Kidney Fitness Project ». «Je parlais à une amie au sujet de la course et elle m’a appris qu’un organisme local pouvait m’aider à atteindre mes buts de conditionnement physique. » Suite à cette conversation, Marie-Ève a s’est inscrite au groupe d’entraînement pour la course 5 km offert par  « Alive to Strive ». 

Blog 4 Marie-Eve Bisson Photo 3 cropEn 2013, Marie-Ève et un groupe d’amis ont participé au défi d’équipe de 5 km de la course Vivre ses défis. Toujours en 2013, lors d’une prise de pression artérielle de routine, Marie-Ève fut dépêchée à l’hôpital car les médecins trouvaient que sa pression artérielle était dangereusement élevée. D’autres examens ont révélé, à son désarroi, qu’elle souffrait d’insuffisance rénale. « Toujours est-il, qu’en dépit de l’insuffisance rénale, j’avais encore assez d’énergie pour continuer à courir et à m’entraîner. »

Le 3 avril 2014, quelques semaines après la course Vivre ses défis, Marie-Ève a reçu un rein de son bon ami Jonathan. À peine quelques jours plus tard, Marie-Ève fut dévastée par la perte de son nouveau rein à cause d’une thrombose, un caillot de sang dans ce rein. Résiliente et déterminée, Marie-Ève s’est rendue à la course pour encourager son groupe d’amis qui participaient au défi d’équipe de 5 km.

« Jonathan et moi ne pouvions pas courir l’an passé; nous avons donc encouragé nos amis. Ce fut une période difficile pour moi; j’avais des sentiments mitigés, de la culpabilité. Jonathan était tellement encourageant malgré la perte d’un rein et je me devais de vivre ce moment,  cette perte. J’ai senti énormément d’appui; des amis sont venus de Montréal et de Toronto pour la course Vivre ses défis : il y en avait 25 qui couraient ou qui marchaient! C’était merveilleux de voir mes amis qui m’appuyaient. »

DPP_3103b

Dans les mois suivant la course, Marie-Ève a dû composer avec les effets secondaires de la greffe. «Mentalement, tu te prépares pour un nouveau rein … et il est rejeté. J’avais la nausée et d’autres effets secondaires. Je suis retournée au travail durant l’été mais j’ai dû arrêter éventuellement. En même temps, mon père est décédé. Ce fut un temps très difficile. »

« En septembre j’ai appris qu’une autre amie, Danielle,  était une donneuse compatible. Le 5 décembre 2014, j’ai reçu une deuxième greffe et tout s’est bien déroulé. Je pouvais sentir la différence dès mon réveil. Mon corps se sentait plus propre car le nouveau rein éliminait des toxines.»

 Après la chirurgie, Marie-Ève admet que son odyssée n’est pas terminée. « La chirurgie et la greffe sont les défis à court terme. Pour le reste de ma vie, il faudra prendre des médicaments,  prendre soin de ma santé et surveiller mon rein. Il faut que je m’adapte à une toute autre vie et que j’apprenne à vivre avec un nouveau rein. »

Blog 4 Marie-Eve Bisson Photo 2 cropMarie-Ève a commencé à s’entraîner à nouveau en février en allant au gym et en courant. Elle vise compléter un demi-marathon dans quelques années.

« Je me sens très chanceuse. J’ai eu deux donneurs, aucune dialyse et une chirurgie fructueuse. Encore cette année, je participerai au défi d’équipe de 5 km avec une équipe de 30 personnes derrière moi, dont mes deux donneurs. Mon père a marché le 5 km l’an passé; il a toujours été un tenant du don d’organe. Il a recueilli des fonds et a participé à la course pour m’appuyer. C’est très important pour moi de participer à la course encore cette année. »  

Share on TwitterShare on FacebookPin it on PinterestSubmit to redditShare on TumblrSubmit to StumbleUponShare via email

Archives

  • [+]2018 (18)
  • [+]2017 (9)
  • [+]2016 (22)
  • [+]2015 (28)
  • [+]2014 (35)
  • [+]2013 (24)
  • [+]2012 (6)